28 de fevereiro de 2005


William Degouve de Nuncques (1867-1935),
CANAL SOUS UN CIEL GRIS

2 comentários:

Pele disse...

Sous le pont Mirabeau coule la Seine
Et nos amours
Faut-il qu'il m'en souvienne
La joie venait toujours après la peine

Vienne la nuit sonne l'heure
Les jours s'en vont je demeure

Les mains dans les mains restons face à face
Tandis que sous
Le pont de nos bras passe
Des éternels regards l'onde si lasse

Vienne la nuit sonne l'heure
Les jours s'en vont je demeure

L'amour s'en va comme cette eau courante
L'amour s'en va
Comme la vie est lente
Et comme l'Espérance est violente

Vienne la nuit sonne l'heure
Les jours s'en vont je demeure

Passent les jours et passent les semaines
Ni temps passé
Ni les amours reviennent
Sous le pont Mirabeau coule la Seine

Vienne la nuit sonne l'heure
Les jours s'en vont je demeure


Guillaume Apollinaire


Deixo um dos meus poemas preferidos. Já que em francês é o titulo do quadro.
Bonito.

Graça disse...

Muito obrigada por me legendares o quadro com tão bom gosto. Ficas desde já convidada a "legendar" sempre que te apetecer...
E este poema passará a fazer parte do meu "top ten" pessoal de poesia francesa.